• Le message de Ponthus 13 avril 2014

         Hier, j'ai passé la journée à Brocéliande avec des amis béarnais que j'accompagnais dans la découverte de la forêt.

    Alors que nous étions à l'hostié de Viviane, dans la réception de ce que chacun avait à recevoir dans ce lieu, j'ai reçu l'invitation à aller à l'arbre de Ponthus, et le message qu'il y avait un enseignement là-bas. C'est donc ce que nous avons fait.

     

    Je savais que des coupes à blanc avaient eu lieu à proximité de cet arbre pour l'avoir constaté moi-même, mais il y a de cela un p'tit moment déjà. Il y a quelques semaines quelqu'un m'a dit avoir été dépité et choqué de voir ce qui avait été fait. J'avais donc l'info que probablement, les lieux avaient encore changé depuis mon dernier passage.

    C'est peu dire ! À l'approche du lieu, j'ai eu du mal à croire ce que voyaient mes yeux et commençais même à penser que peut-être, même Ponthus avait disparu... La nausée m'a traversée l'espace d'un instant, mes jambes sont devenues lourdes en passant à travers tous ces troncs d'arbre couchés le long du chemin. J'apercevais un arbre tout seul tout en haut du chemin et ne pouvais pas croire que c'était lui, je ne reconnaissais pas son allure, son énergie même. Mais en me rapprochant, j'ai bien été obligée de me rendre à l'évidence, c'était bien cet arbre que j'avais découvert il y a plusieurs année, de nuit, entouré d'arbres et que je connaissais au milieu de congénères ne laissant voir clairement que son tronc, ses branches entremêlées avec celles de ses voisins dans une confusion ne permettant pas de distinguer quoi était à qui ! Tout ceci, dans le secret du sous-bois.

    C'est comme retrouver un vieil ami après des années, chacun ayant fait un grand chemin à travers les expériences de la vie, avec les transformations physiques que cela implique. Il y a quelque chose de familier mais en même temps ce n'est plus le même que nous avons en face de nous. Il y a à refaire connaissance, se réapprivoiser et parfois, il n'y a même plus rien à faire car chacun ayant pris des chemins différents, il n'y a plus rien à partager.

    Je n'avais jamais vu toutes ses branches, leur majesté, la richesse de son feuillage, la couleur de celui-ci, sa brillance au soleil... J'accédais à un aspect de lui qui n'étais pas visible auparavant, perdu dans les autres arbres autour de lui et la pénombre que leur concentration générait.

    J'ai pu remarquer qu'il était davantage développé d'un côté que de l'autre, comme si il avait été empêché de se déployer complètement dans toutes ses directions car trop à l'étroit, le manque de lumière aussi.

    Passé donc le 1er moment de déstabilisation, j'ai vu un (h)être sorti de l'ombre, désormais en pleine lumière et avec tout l'espace nécessaire au développement de son plein potentiel.

    Rien n'est par hasard (à moins que l'on considère que ce terme veut dire « doigt de Dieu » en arabe), tout est juste. Si lieu paraît dévasté, que c'est le chaos tout autour de lui avec toutes les souches de ses anciens compagnons restés là, les branches coupées et sèches laissées là, tout cela me paraît être plutôt positif pour cet être remarquable. 

    On pourrait aussi penser qu'il se retrouve isolé au milieu d'un paysage de désolation : "projection humaine".

    Cela nous enseigne l'autonomie qu'il est temps que nous prenions. De même que j'entends dans ces faits le message que le temps est venu pour chacun de prendre sa place et de briller de tous ses potentiels en pleine lumière.

    On peut aussi voir les choses à travers la destruction, la main de l’homme qui a « encore sévi », contre la vie, dans un désir de contrôle, qu’ainsi c’est un symbole mythique de Brocéliande qui n’est plus. Oui, c’est vrai mais je me répète : tout ce qui est est juste, puisque c’est ce qui est, et sert un dessein bien plus grand et qui m’échappe.

    Gaïa elle-même utilise parfois et même de plus en plus souvent, cette énergie de destruction à travers les tempêtes, les tsunamis, tremblements de terre… D’ailleurs, dans le cas de Ponthus, il se dit que c’est un insecte parasite qui a commencé…

    Attention, je ne dis pas : « bravo, allez-y, continuez ! ». Je constate ce qui est et si c’est, c’est que ça a sa raison d’être.

    Quoi qu’il en soit, le résultat est que nous avons maintenant un phare de lumière sorti de l’ombre, prêt à briller de mille feux.

    Lâchons les symboles pour nous ouvrir au nouveau, à l’évolution dans laquelle chacun est maître et a accès à sa connaissance intérieure.

    Amour aux arbres morts, amour à ceux à travers lesquels cela s'est produit, amour à Ponthus.

    Le message de Ponthus 13 avril 2014

    Ponthus a désormais tout l'espace nécessaire pour se déployer dans toutes les directions

     

     

    Le message de Ponthus 13 avril 2014

    C'est bien le même arbre ! Seul l'angle de vue diffère...

    Ses majestueuses racines célestes nous laissent imaginer les racines terrestres nécessaires à  leur déploiement.

     

         Je fais le parallèle avec le Mont Saint Michel que je connais bien aussi et où j'ai beaucoup appris, où j'ai été initiée et guidée par l'archange.

    Ces dernières années, un grand chantier a beaucoup changé les abords du Mont, son accès. Cela a suscité beaucoup de polémiques, les pour, les contres, les habitudes que cela suppose de changer, les résistances, l'interrogation sur le statut du Mont... Beaucoup s'accordent sur le fait qu'il faut désensabler le rocher, le garder dans son aspect insulaire comme cela a toujours été... C'est oublier que la légende nous dit qu'avant que l'on érige le 1er sanctuaire en 708, le Mont n'était pas une île entouré d'eau mais un Mont entouré de forêt, donc relié au continent (pour ceux qui connaissent, on avait quelque chose ressemblant au Mont Dol).

    Cet ensablement, qu'il soit naturel ou pas, est de toute façon juste puisque que tout l'est. La « destinée » du Mont ne serait-elle pas de revenir à son état originel ? avant qu'il ne soit investi par l'église.

    Pour moi, le Mont Saint Michel est un lieu où la connaissance a été cachée et codée (pour la préserver). En image, on pourrait dire qu'elle a été « engloutie » dans la construction avec le culte païen initial qui avait cours sur le rocher. Et avec le développement du lieu, qu'elle s'est rapidement retrouvée sous terre, à l'endroit actuel de Notre Dame sous Terre, (crypte ouest, à l'emplacement du 1er sanctuaire).

    Cette connaissance n'était accessible qu'à celui qui se prêtait au chemin initiatique et à l’œuvre alchimique. Les temps nécessitaient cela pour éviter que la connaissance ne tombe entre toutes les mains, dans cette période d'expérience de la dualité et de séparation de l'humanité.

    Aujourd'hui, la connaissance n'a plus à être cachée, l'humanité est appelée à s’éveiller, sortir de l'illusion de la séparation. Le temps est venu pour chacun d'accéder à sa dimension divine et à la faire vivre et rayonner au grand jour. Le temps n'est plus à aller s'enfermer dans des cryptes pour se relier.

    Le temps est à la laisser s'exprimer à travers chacune de nos cellules dans le mouvement de la vie, et au service de la création.

    Le message de Ponthus 13 avril 2014

     

         Pour revenir à Ponthus, un autre élément me semble intéressant à souligner. Une clôture a été installée tout autour de lui, empêchant de s'en approcher. Un cercle constitué de pierres, bûches et branches, inspirant une protection rituelle, a été placé autour de lui.

    De même, les 2 pieds de houx laissés près de lui ainsi qu'un jeune poussant entre ses racines nous parlent d'immortalité, de stabilité mais aussi le protègent (selon les druides, le houx protège les esprits sacrés de la forêt).

    J'entends dans tout cela le besoin pour cet arbre d'être un peu tranquille pour concentrer son énergie à son propre rééquilibrage et aussi une invitation à prendre notre propre autonomie, à aller chercher en nous ce que nous venions chercher chez lui.

     

         Cela me renvoie à un autre arbre remarquable de la forêt, un hêtre également, celui dit « du voyageur ». En début d'été 2013 m'est apparue une baisse de vibration du lieu. Quand j'y suis retournée, il y a quelques semaines, contrairement à l'énergie d'accueil que je lui avais connue et de « faiseur de lien », c'est à arbre à fleur de peau et demandant à ce qu'on le laisse tranquille que j'ai trouvé. J'ai senti comme un espace de sécurité qu'il avait mis autour de lui pour maintenir une certaine distance avec ses visiteurs.

    C'est comme une mère à bout, qui dit à son enfant un peu trop demandeur voire capricieux, de prendre son autonomie et utilise de son tranchant pour lui dire de lui « fiche la paix » !

    Il me semble en effet que cet arbre aussi nous invite à prendre notre envol et à le laisser se ressourcer après ces bons et loyaux services.

    Gratitude pour lui et beaucoup d'amour, de respect et d'énergies de guérison.

     

    C'est dans cet esprit d'ouverture à ce qui est aujourd'hui que je vous propose d'aborder les lieux sur lesquels je vous accompagne, Brocéliande notamment.

     

    Je vous souhaite un magnifique déploiement.

    Valérie Lamour

     

    Si vous souhaitez reproduire ce texte, même partiellement, merci d'en citer sa source:

    valerielamour.eklablog.com et son auteur